La vie de la grange

LA GRANGE ACTUELLE

Pour la rendre plus fonctionnelle afin qu’elle réponde à son nouvel usage, l’association y a ajouté des fenêtres et des portes qu’il n’y avait pas non plus à l’origine.

A part le remplacement de quelques pièces de bois pourries par le temps et les remontées humides, l’essentiel de l’ossature et de la charpente qui ont maintenant plus de 500 ans ont été conservées.

Il est a noter la qualité du bois utilisé à l’époque : le choix des arbres, leur abattage en temps et en heure, leur débitage adapté, le tout suivi d’un séchage leur permettant de résister jusqu’à aujourd’hui et même demain…sans lasure…

Remarquez l’originalité de la charpente avec ses tenons passants, la courbure naturelle de certains éléments, la codification de montage qui ne correspond pas à la codification actuelle et normalisée et ce qu’il reste des blasons extérieurs et des sculptures intérieures.

Comme la plupart des bâtiments de cette époque, il s’agit d’une construction faite avec les matériaux locaux, c’est-à-dire le chêne (80% des essences poussant dans la foret d’Orient)  et l’argile que l’on  trouve en limite sud de cette même forêt que l’on utilise pour le torchis et les tuiles.

Lorsque la structure en bois a été remontée et afin de respecter la tradition, il a été fixé entre les poutres, des paleçons (voir ouverture faite dans la cloison) pour y faire tenir le matériau de l’époque, le torchis.

Alors constitué d’argile, d’eau, de paille d’avoine (plus solide) et de tout de sortes d’ingrédients comme du poil de porc et du crin de cheval, aujourd’hui le remplissage a été fait à la main avec 27 tonnes de torchis traditionnel composé sensiblement des mêmes ingrédients, sauf les poils de tout de sortes..

Pour protéger le torchis qui reste un matériau fragile à l’humidité, à l’extérieur, il a été protégé par du bardage et à l’intérieur par un enduit à la chaux teintée.

Le remplissage entre les pans de bois en façade est constitué de mortier de chanvre (tige de chanvre broyée, chaux et eau), recouvert lui aussi d’un enduit à la chaux.

Quant à la toiture, il s’agit de tuiles saines de l’époque, complétées par d’autres tuiles de récupération, posées sur des lattes bien sûr, mais aussi sur de la laine de bois pour permettre une bonne isolation.

La démarche de la reconstruction de cette grange du XV ème siècle se veut écologique ; l’usage de torchis, de chanvre et de laine de bois le prouve, on a rien inventé dans les matériaux utilisés.